TABLE

SOMME THÉOLOGIQUE

PREMIÈRE SECTION DE LA

SECONDE PARTIE

Sigles et Abréviations

9

LA BÉATITUDE

Introduction par Jean-Louis BRUGUES

13

Q. 1 La fin ultime de la vie humaine

15

a. 1 Appartient-il à l'homme d'agir pour une fin ?

16

a. 2 Agir pour une fin est-il propre à la nature raisonnable ?

17

a. 3 Les actes humains reçoivent-ils leur espèce de leur fin ?

18

a. 4 Y a-t-il une fin ultime de la vie humaine ?

19

a. 5 Le même homme peut-il avoir plusieurs fins ultimes ?

20

a. 6 L'homme ordonne-t-il toutes choses à sa fin ultime ?

21

a. 7 La fin ultime est-elle la même pour tous les hommes ?

22

a. 8 Toutes les autres créatures se rejoignent-elles dans cette fin ultime ?

23

LA BÉATITUDE DE L'HOMME

Q. 2 En quels biens consiste la béatitude ?

24

a. 1 La béatitude consiste-t-elle dans les richesses ?

24

a. 2 La béatitude consiste-t-elle dans les honneurs ?

25

a. 3 La béatitude consiste-t-elle dans la renommée ou la gloire ?

27

a. 4 La béatitude consiste-t-elle dans la puissance ?...

27

a. 5 La béatitude consiste-t-elle en quelque bien du corps ?

28

a. 6 La béatitude consiste-t-elle dans le plaisir ?

29

a. 7 La béatitude consiste-t-elle dans quelque bien de l'âme ?

30

a. 8 La béatitude consiste-t-elle en quelque bien créé ?

31

Q. 3 Qu'est-ce que la béatitude ?

33

a. 1 La béatitude est-elle une réalité incréée ?

33

a. 2 Si la béatitude est une réalité créée, est-elle une activité ?

34

a. 3 La béatitude est-elle une activité de la partie sensible de l'âme, ou

seulement de sa partie intellectuelle ?

35

a. 4 Si la béatitude est une activité de la partie intellectuelle, est-elle une activité de l'intellect ou de la volonté ?

36

a. 5 La béatitude est-elle une activité de l'intellect spéculatif ou de l'intellect pratique ?

37

a. 6 La béatitude consiste-t-elle dans la considération des sciences spéculatives ?

38

a. 7 La béatitude consiste-t-elle dans la connaissance des substances séparées, c'est-à-dire des anges ?

39

a. 8 La béatitude consiste-t-elle dans la vision de l'essence divine ?

40

Q. 4 Les conditions requises pour la béatitude

42

a. 1 La délectation est-elle requise pour la béatitude ?

42

a. 2 Quel est le principal dans la béatitude : la délectation ou la vision ?

43

a. 3 La compréhension est-elle requise pour la béatitude ?

43

a. 4 La rectitude de la volonté est-elle requise pour la béatitude ?

44

a. 5 Le corps est-il requis pour la béatitude de l'homme ?

45

a. 6 La perfection de corps est-elle requise pour la béatitude ?

47

a. 7 Certains biens extérieurs sont-ils requis pour la béatitude ?

48

a. 8 Une société d'amis est-elle requise pour la béatitude ?

49

Q. 5 L'obtention de la béatitude

50

a. 1 L'homme peut-il obtenir la béatitude ?

50

a. 2 Un homme peut-il avoir plus de béatitude qu'un autre ?

51

a. 3 Un homme peut-il être bienheureux en cette vie ?

52

a. 4 La béatitude une fois possédée peut-elle être perdue ?

53

a. 5 L'homme peut-il acquérir la béatitude par ses forces naturelles ?

55

a. 6 L'homme obtient-il la béatitude par l'action d'une créature supérieure ?

56

a. 7 Certaines actions humaines sont-elles requises pour que l'homme obtienne de Dieu la béatitude ?

57

a. 8 Tout homme désire-t-il la béatitude ?

58

LES ACTES HUMAINS (I)

Introduction générale par Servais PINcsAERS

63

Q. 6 Le volontaire et l'involontaire

65

a. 1 Trouve-t-on du volontaire dans les actes humains ?

66

a. 2 Trouve-t-on du volontaire chez les bêtes ?

67

a. 3 Le volontaire peut-il exister sans aucun acte ?

68

a. 4 Peut-on faire violence à la volonté ?

69

a. 5 La violence est-elle cause d'involontaire ?

70

a. 6 La crainte est-elle cause d'involontaire ?

71

a. 7 La convoitise est-elle cause d'involontaire ?

72

a. 8 L'ignorance est-elle cause d'involontaire ?

73

Q. 7 Les circonstances des actes humains

74

a. 1 Qu'entend-on par circonstances ?

74

a. 2 Le théologien doit-il prêter attention aux circonstances des actes humains ?

75

a. 3 Combien y a-t-il de circonstances ?

77

a. 4 Parmi les circonstances, lesquelles sont les plus fondamentales ?

77

Q. 8 L'objet du vouloir

79

a. 1 La volonté n'a-t-elle pour objet que le bien ?

79

a. 2 La volonté porte-t-elle seulement sur la fin, ou aussi sur les moyens ?

80

a. 3 Est-ce d'un seul mouvement que la volonté se porte vers la fin et vers les moyens ?

82

Q. 9 Le principe moteur de la volonté

83

a. 1 La volonté est-elle mue par l'intelligence ?

83

a. 2 La volonté est-elle mue par l'appétit sensitif ?

84

a. 3 Est-ce que la volonté se meut elle-même ?

85

a. 4 La volonté est-elle mue par un principe extérieur ?

86

a. 5 La volonté est-elle mue par un corps céleste ?

87

a. 6 La volonté est-elle mue par Dieu seul en qualité de principe extérieur ?

88

Q. 10 Le mode de l'activité volontaire

89

a. 1 La volonté est-elle mue vers quelque chose par nature ?

89

a. 2 La volonté est-elle mue de façon nécessaire par son objet ?

91

a. 3 La volonté est-elle mue de façon nécessaire par l'appétit intérieur ?

92

a. 4 La volonté est-elle mue de façon nécessaire par un moteur extérieur qui est Dieu ?

93

Q. 11 La jouissance, acte de volonté

94

a. 1 Jouir est-il un acte de la puissance appétitive ?

94

a. 2 Jouir est-il propre à la seule créature raisonnable ou aussi aux bêtes ?

95

a. 3 Ne jouit-on que de la fin ultime ?

96

a. 4 N'y a-t-il jouissance que si la fin est possédée ?

97

Q. 12 L'intention

98

a. 1 L'intention est-elle un acte de l'intelligence, ou de la volonté ?

98

a. 2 L'intention porte-t-elle seulement sur la fin ultime ?

99

a. 3 Peut-on porter son intention sur deux choses à la fois ?

100

a. 4 L'intention de la fin et la volonté des moyens sont-ils un seul et même acte ?

101

a. 5 L'intention convient-elle aux bêtes ?

102

Q. 13 Le choix, acte de la volonté à l'égard des moyens

103

a. 1 Le choix est-il un acte de la volonté, ou de la raison ?

103

a. 2 Le choix convient-il aux bêtes ?

104

a. 3 Le choix porte-t-il seulement sur les moyens ou quelquefois aussi sur la fin ?

105

a. 4 Le choix ne porte-t-il que sur les actions accomplies par nous ?

106

a. 5 Le choix ne porte-t-il que sur des choses possibles ?

107

a. 6 L'homme choisit-il de façon nécessaire, ou librement ?

107

Q. 14 La délibération qui précède le choix

109

a. 1 La délibération est-elle une enquête ?

109

a. 2 La délibération a-t-elle pour objet la fin, ou seulement les moyens ?

110

a. 3 La délibération ne porte-t-elle que sur les actions accomplies par nous ?

110

a. 4 La délibération porte-t-elle sur toutes nos actions ?

111

a. 5 La délibération procède-t-elle par voie d'analyse ?

112

a. 6 La délibération procède-t-elle à l'infini ?

113

Q. 15 Le consentement, acte de la volonté à l'égard des moyens

114

a. 1 Le consentement est-il l'acte d'une puissance appétitive ou cognitive ?

114

a. 2 Le consentement convient-il aux bêtes ?

115

a. 3 Le consentement porte-t-il sur la fin ou sur les moyens ?

115

a. 4 Le consentement à l'acte appartient-il seulement à la partie supérieure de l'âme ?

116

Q. 16 L'usage, qui est l'acte de la volonté relativement aux moyens

117

a. 1 L'usage est-il un acte de la volonté ?

117

a. 2 L'usage convient-il aux bêtes ?

118

a. 3 L'usage porte-t-il sur les moyens seulement, ou aussi sur la fin ?

119

a. 4 Quel rapport y a-t-il entre l'usage et le choix ?

120

Q. 17 Les actes commandés par la volonté

121

a. 1 Le commandement est-il un acte de la volonté ou bien de la raison ?

121

a. 2 Le commandement appartient-il aux bêtes ?

122

a. 3 Quel est le rapport du commandement avec l'usage ?

123

a. 4 Le commandement et l'acte commandé sont-ils un seul acte, ou des actes différents ?

123

a. 5 L'acte de la volonté est-il commandé ?

124

a. 6 L'acte de la raison peut-il être commandé ?

125

a. 7 L'acte de l'appétit sensible peut-il être commandé ?

126

a. 8 L'acte de l'âme végétative est-il commandé ?

127

a. 9 Les actes des membres extérieurs sont-ils commandés ?

128

LES ACTES HUMAINS (II)

Introduction par Servais PINCKAERS

133

LA BONTÉ ET LA MALICE DES ACTES HUMAINS

Q. 18 La bonté et la malice des actes humains en général

135

a. 1 Toute action humaine est-elle bonne, ou y en a-t-il qui soient mauvaises ?

135

a. 2 La bonté ou la malice de l'action humaine lui vient-elle de son objet ?

137

a. 3 La bonté ou la malice des actions humaines leur vient-elle des circonstances ?

138

a. 4 La bonté ou la malice de l'action humaine lui vient-elle de la fin ?

138

a. 5 Y a-t-il des actions humaines qui soient bonnes ou mauvaises selon leur espèce ?

139

a. 6 Cette spécification en bien ou en mal vient-elle de la fin ?

140

a. 7 L'espèce qui vient de la fin est-elle subordonnée à celle qui vient de l'objet comme à un genre, ou est-ce le contraire ?

141

a. 8 Y a-t-il des actes humains indifférents selon leur espèce ?

142

a. 9 Y a-t-il des actes individuels qui soient indifférents ?

143

a. 10 Y a-t-il des circonstances qui puissent rendre un acte moral spécifiquement bon ou mauvais ?

144

a. 11 Toute circonstance qui augmente la bonté ou la malice d'un acte moral, le range-t-elle dans une nouvelle espèce de bien ou de mal ?

145

Q. 19 La bonté et la malice de l'acte intérieur de la volonté ?

147

a. 1 La bonté de la volonté dépend-elle de l'objet ?

147

a. 2 La bonté de la volonté ne dépend-elle que de l'objet ?

148

a. 3 La bonté de la volonté dépend-elle de la raison ?

149

a. 4 La bonté de la volonté dépend-elle de la loi éternelle ?

150

a. 5 La raison erronnée oblige-t-elle ?

150

a. 6 La volonté qui, suivant la raison erronée, va contre la loi de Dieu, est-elle mauvaise ?

152

a. 7 La bonté de la volonté, relativement aux moyens, dépend-elle de l'intention de la fin ?

153

a. 8 La mesure de la bonté et de la malice de la volonté suit-elle la mesure du bien et du mal qui sont dans l'intention ?

154

a. 9 La bonté de la volonté dépend-elle de sa conformité à la volonté divine ?

155

a. 10 Pour que la volonté humaine soit bonne, est-il nécessaire qu'elle se conforme à la volonté divine quant à l'objet voulu ?

156

Q. 20 La bonté et la malice des actes humains extérieurs

158

a. 1 La bonté et la malice sont-elles d'abord dans l'acte de la volonté, ou dans l'acte extérieur ?

158

a. 2 La bonté et la malice de l'acte extérieur dépendent-elles entièrement de celles de la volonté ?

159

a. 3 La bonté et la malice de l'acte extérieur sont-elles les mêmes que celles de l'acte intérieur ?

160

a. 4 L'acte extérieur ajoute-t-il quelque chose à la bonté ou à la malice de l'acte intérieur ?

161

a. 5 L'événement qui suit ajoute-t-il quelque chose à la bonté ou à la malice de l'acte extérieur ?

162

a. 6 Le même acte extérieur peut-il être bon et mauvais ?

163

Q. 21 Les conséquences des actes humains relativement à leur bonté et à leur malice

164

a. 1 L'acte humain, en tant qu'il est bon ou mauvais, a-t-il raison de rectitude ou de péché?

164

a. 2 L'acte humain, en tant qu'il est bon ou mauvais, est-il louable ou coupable ?

165

a. 3 L'acte humain, en tant qu'il est bon ou mauvais, entraîne-t-il mérite ou démérite ?

166

a. 4 L'acte humain, en tant qu'il est bon ou mauvais, entraîne-t-il mérite ou démérite devant Dieu ?

167

LES PASSIONS DE L'ÂME

Introduction par Albert PLÉ

171

Q. 22 Le siège des passions

173

a. 1 Y a-t-il des passions dans l'âme ?

173

a. 2 Les passions sont-elles dans la partie appétitive de l'âme, plutôt que dans sa partie cognitive ?

174

a. 3 Les passions sont-elles dans l'appétit sensible plutôt que dans l'appétit intellectuel appelé volonté ?

175

Q. 23 Comment les passions se distinguent entre elles

177

a. 1 Les passions du concupiscible différent-elles des passions de l'irascible ?

177

a. 2 L'opposition de contrariété entre les passions de l'irascible est-elle une contrariété selon le bien et le mal ?

178

a. 3 Y a-t-il une passion qui n'ait pas de contraire ?

179

a. 4 Y a-t-il dans la même puissance des passions d'espèce différente qui ne soient pas contraires entre elles ?

180

Q. 24 Le bien et le mal dans les passions

182

a. 1 Peut-on trouver du bien ou du mal moral dans les passions ?

182

a. 2 Toute passion est-elle mauvaise moralement ?

183

a. 3 Toute passion augmente-t-elle ou diminue-t-elle la bonté ou la malice de l'acte ?

184

a. 4 Existe-t-il une passion qui soit bonne ou mauvaise par son espèce ?

185

Q. 25 L'ordre des passions entre elles

186

a. 1 L'ordre des passions de l'irascible par rapport à celles du concupiscible

186

a. 2 L'ordre de passions du concupiscible entre elles

187

a. 3 L'ordre des passions de l'irascible entre elles

188

a. 4 Les quatre passions principales

190

LES PASSIONS EN PARTICULIER

Q.26 L'Amour

191

a. 1 L'amour est-il dans le concupiscible ?

191

a. 2 L'amour est-il une passion ?

192

a. 3 L'amour est-il identique à la dilection ?

193

a. 4 A-t-on raison de distinguer amour d'amitié, et amour de convoitise ?

194

Q. 27 La cause de l'amour

195

a. 1 Le bien est-il la seule cause de l'amour ?

195

a. 2 La connaisance est-elle cause de l'amour ?

196

a. 3 La ressemblance est-elle cause de l'amour ?

196

a. 4 Y a-t-il une autre passion qui soit cause de l'amour ?

198

Q. 28 Les effets de l'amour

198

a. 1 L'union est-elle un effet de l'amour ?

198

a. 2 L'inhabitation mutuelle est-elle un effet de l'amour ?

200

a. 3 L'extase est-elle un effet de l'amour ?

201

a. 4 La jalousie est-elle un effet de l'amour ?

201

a. 5 L'amour est-il une passion qui blesse celui qui aime ?

202

a. 6 L'amour est-il la cause de tout ce qu'on fait quand on aime ?

203

Q. 29 La haine

204

a. 1 Le mal est-il la cause et l'objet de la haine ?

204

a. 2 La haine est-elle causée par l'amour ?

205

a. 3 La haine est-elle plus forte que l'amour ?

206

a. 4 Peut-on se haïr soi-même ?

207

a. 5 Peut-on haïr la vérité ?

207

a. 6 Peut-on haïr quelque chose de façon universelle ?

208

Q. 30 La convoitise

209

a. 1 La convoitise est-elle seulement dans l'appétit sensible ?

209

a. 2 La convoitise est-elle une passion spéciale ?

210

a. 3 Y a-t-il des convoitises naturelles et des convoitises qui ne le sont pas ?

211

a. 4 La convoitise est-elle infinie ?

212

LE PLAISIR

Q. 31 Le plaisir en lui-même

213

a. 1 Le plaisir est-il une passion ?

213

a. 2 Le plaisir est-il dans le temps ?

215

a. 3 Le plaisir diffère-t-il de la joie ?

215

a. 4 Le plaisir est-il dans l'appétit intellectuel ?

216

a. 5 Comment classer les plaisirs de l'appétit supérieur par rapport à ceux de l'appétit inférieur ?

217

a. 6 Comment classer les plaisirs sensibles ?

218

a. 7 Y a-t-il un plaisir qui ne soit pas naturel ?

219

a. 8 Le plaisir peut-il être contraire au plaisir ?

220

Q. 32 La cause du plaisir

221

a. 1 L'action est-elle la cause propre du plaisir ?

221

a. 2 Le mouvement est-il cause de plaisir ?

222

a. 3 L'espoir et le souvenir sont-ils cause de plaisir ?

223

a. 4 La tristesse est-elle cause de plaisir ?

224

a. 5 Les actions des autres sont-elles pour nous cause de plaisir ?

225

a. 6 Faire du bien à autrui est-il une cause de plaisir ?

225

a. 7 La ressemblance est-elle cause de plaisir ?

227

a. 8 L'étonnement est-il cause de plaisir ?

227

Q. 33 Les effets du plaisir

229

a. 1 Le plaisir est-il cause de dilatation ?

229

a. 2 Le plaisir cause-t-il la soif ou le désir de lui-même ?

230

a. 3 Le plaisir empêche-t-il l'exercice de la raison ?

231

a. 4 Le plaisir perfectionne-t-il l'action ?

231

Q. 34 Bonté et malice des plaisirs

233

a. 1 Tout plaisir est-il mauvais ?

233

a. 2 Étant admis que non, tout plaisir est-il bon ?

234

a. 3 Existe-t-il un plaisir optimal ?

235

a. 4 Le plaisir est-il la mesure ou la règle selon laquelle on juge du bien ou du mal moral ?

236

LA DOULEUR OU TRISTESSE

Q. 35 La douleur ou tristesse en elle-même

238

a. 1 La douleur est-elle une passion de l'âme ?

238

a. 2 La tristesse est-elle identique à la douleur ?

239

a. 3 La tristesse ou douleur est-elle contraire au plaisir ?

240

a. 4 Toute tristesse est-elle contraire à tout plaisir ?

241

a. 5 Y a-t-il une tristesse contraire au plaisir de la contemplation ?

242

a. 6 Faut-il fuir la tristesse plus que désirer le plaisir ?

243

a. 7 La douleur extérieure est-elle plus grande que la douleur intérieure ?

245

a. 8 Les espèces de tristesse

246

Q. 36 Les causes de la tristesse ou douleur

247

a. 1 La cause de la douleur est-elle le bien perdu, ou plutôt le mal conjoint ?

247

a. 2 La convoitise est-elle cause de douleur ?

248

a. 3 Le désir de l'unité est-il cause de douleur ?

249

a. 4 Le pouvoir auquel on ne peut résister est-il cause de douleur ?

250

Q. 37 Les effets de la douleur ou tristesse

251

a. 1 La douleur supprime-t-elle la faculté d'apprendre ?

251

a. 2 L'accablement de l'esprit est-il un effet de la tristesse ou douleur ?

252

a. 3 La tristesse ou douleur affaiblit-elle toute activité ?

253

a. 4 La tristesse nuit-elle au corps plus que les autres passions de l'âme ?

253

Q. 38 Les remèdes à la tristesse ou douleur

254

a. 1 La douleur ou tristesse est-elle atténuée par n'importe quel plaisir ?

254

a. 2 La douleur ou tristesse est-elle atténuée par les larmes ?

255

a. 3 La douleur ou tristesse est-elle atténuée par la compassion des amis ?

256

a. 4 La douleur ou tristesse est-elle atténuée par la contemplation de la vérité ? 257

a. 5 La douleur ou tristesse est-elle adoucie par le sommeil ou les bains ?

257

Q. 39 Bonté et malice de la tristesse ou douleur

258

a. 1 Toute tristesse est-elle un mal ?

258

a. 2 La tristesse peut-elle être un bien honnête ?

259

a. 3 La tristesse peut-elle être un bien utile ?

260

a. 4 La douleur corporelle est-elle le souverain mal ?

260

LES PASSIONS DE L'IRASCIBLE

Q. 40 L'espoir et le désespoir

262

a. 1 L'espoir est-il la même chose que le désir ou avidité ?

262

a. 2 l'espoir est-il dans la faculté de la connaissance, ou dans celle de l'appétit ?

263

a. 3 L'espoir existe-t-il chez les bêtes ?

264

a. 4 L'espoir a-t-il pour contraire le désespoir ?

265

a. 5 L'expérience est-elle une cause d'espoir ?

265

a. 6 Les jeunes et les gens ivres regorgent-ils d'espoir ?

266

a. 7 Le rapport entre l'espoir et l'amour

267

a. 8 L'espoir aide-t-il à l'action ?

267

LA CRAINTE

Q. 41 La crainte en elle-même

268

a. 1 La crainte est-elle une passion de l'âme ?

268

a. 2 La crainte est-elle une passion spéciale ?

269

a. 3 Y a-t-il une crainte naturelle ?

270

a. 4 Les espèces de la crainte

271

Q. 42 L'objet de la crainte

272

a. 1 Est-ce le bien qui est l'objet de la crainte, ou le mal ?

272

a. 2 Le mal de nature est-il objet de crainte ?

273

a. 3 La crainte peut-elle avoir pour objet le mal du péché ?

273

a. 4 Peut-on craindre la crainte elle-même ?

274

a. 5 Craint-on davantage les maux imprévus ?

275

a. 6 Craint-on davantage les maux irrémédiables ?

276

Q.43 La cause de la crainte

277

a. 1 L'amour cause-t-il la crainte ?

277

a. 2 L'insuffisance cause-t-elle la crainte ?

278

Q. 44 Les effets de la crainte

278

a. 1 La crainte a-t-elle un effet de contraction ?

278

a. 2 La crainte pousse-t-elle à délibérer ?

279

a. 3 La crainte fait-elle trembler ?

280

a. 4 La crainte empêche-t-elle d'agir ?

281

Q. 45 L'audace

282

a. 1 L'audace est-elle contraire à la crainte ?

282

a. 2 Quel rapport l'audace a-t-elle avec l'espoir ?

282

a. 3 La cause de l'audace

283

a. 4 L'effet de l'audace

284

LA COLâRE

Q. 46 La colère elle-même

285

a. 1 La colère est-elle une passion spéciale ?

285

a. 2 L'objet de la colère est-il le bien, ou le mal ?

286

a. 3 La colère est-elle dans le concupiscible ?

287

a. 4 La colère s'accompagne-t-elle de raison ?

288

a. 5 La colère est-elle plus naturelle que la convoitise ?

288

a. 6 La colère est-elle plus impitoyable que la haine ?

289

a. 7 La colère vise-t-elle seulement ceux auxquels nous lie la justice ?

290

a. 8 Les espèces de la colère

291

Q. 47 La cause effective de la colère et ses remèdes

292

a. 1 Le motif de la colère est-il toujours une action faite contre celui qui

irrite ?

292

a. 2 Le mépris ou la mésestime est-il le seul motif de la colère ?

293

a. 3 La cause de la colère chez celui qui s'irrite

294

a. 4 La cause de la colère chez celui qui la subit

295

Q. 48 Les effets de la colère

296

a. 1 La colère cause-t-elle du plaisir ?

296

a. 2 La colère cause-t-elle plus qu'autre chose l'effervescence du coeur ?

297

a. 3 La colère empêche-t-elle plus qu'autre chose l'usage de la raison ?

298

a. 4 La colère rend-elle taciturne ?

299

LES HABITUS ET LES VERTUS

Introduction par Albert PLÉ

303

Q.49 La nature des habitus

305

a. 1 L'habitus est-il une qualité ?

305

a. 2 L'habitus est-il une espèce déterminée de la qualité ?

306

a. 3 L'habitus implique-t-il une tendance à l'action ?

308

a. 4 La nécessité des habitus

309

Q. 50 Le siège des habitus

310

a. 1 Y a-t-il des habitus dans le corps ?

310

a. 2 L'âme est-elle le siège d'habitus dans son essence, ou dans une puissance ?

312

a. 3 Peut-il y avoir des habitus dans les puissances sensibles ?

313

a. 4 Y a-t-il des habitus dans l'intelligence elle-même ?

314

a. 5 Y a-t-il des habitus dans la volonté ?

315

a. 6 Y a-t-il des habitus dans les substances séparées ?

316

LA CAUSE DES HABITUS

Q. 51 La génération des habitus

318

a. 1 Y a-t-il des habitus engendrés par la nature ?

318

a. 2 Y a-t-il des habitus qui soient causés par des actes ?

320

a. 3 Un habitus peut-il être engendré par un seul acte ?

320

a. 4 Y a-t-il des habitus infusés dans l'homme par Dieu ?

321

Q. 52 La croissance des habitus

323

a. 1 Les habitus s'accroissent-ils ?

323

a. 2 Les habitus s'accroissent-ils par addition ?

325

a. 3 Est-ce que n'importe quel acte accroît l'habitus ?

327

Q. 53 La diminution et la destruction des habitus

328

a. 1 L'habitus peut-il disparaître ?

328

a. 2 L'habitus peut-il diminuer ?

329

a. 3 La manière dont l'habitus peut disparaître ou diminuer

330

Q. 54 La distinction des habitus

332

a. 1 Peut-il exister plusieurs habitus dans une seule puissance ?

332

a. 2 Les habitus se distinguent-ils d'après leurs objets ?

333

a. 3 Les habitus se distinguent-ils selon le bien et le mal ?

334

a. 4 Un habitus est-il constitué de plusieurs ?

335

LA VERTU

Q. 55 L'essence de la vertu

336

a. 1 La vertu humaine est-elle un habitus ?

336

a. 2 La vertu humaine est-elle un habitus d'action ?

337

a. 3 La vertu humaine est-elle un habitus bon ?

338

a. 4 La définition de la vertu

339

Q. 56 Le siège de la vertu

341

a. 1 La vertu a-t-elle pour siège une puissance de l'âme ?

341

a. 2 Une seule vertu peut-elle résider dans plusieurs puissances ?

341

a. 3 L'intelligence peut-elle être le siège de la vertu ?

342

a. 4 L'irascible et le concupiscible peuvent-ils être le siège de la vertu ?

344

a. 5 Les facultés de connaissance sensible peuvent-ils être le siège de la vertu ?

345

a. 6 La volonté peut-elle être le siège de la vertu ?

346

Q. 57 Les vertus intellectuelles

347

a. 1 Les habitus intellectuels spéculatifs sont-ils des vertus ?

347

a. 2 Y a-t-il trois habitus intellectuels spéculatifs : la sagesse, la science et la simple intelligence ?

348

a. 3 Cet habitus intellectuel qu'est l'art, est-il une vertu ?

350

a. 4 La prudence est-elle une vertu distincte de l'art ?

350

a. 5 La prudence est-elle une vertu nécessaire à l'homme ?

352

a. 6 Le bon conseil, le bon sens, l'équité sont-ils des vertus annexes de la prudence ?

353

LES VERTUS MORALES

Q. 58 La distinction entre vertus morales et vertus intellectuelles

354

a. 1 Toute vertu est-elle une vertu morale ?

354

a. 2 La vertu morale est-elle distincte de la vertu intellectuelle ?

355

a. 3 Suffit-il de distinguer vertu intellectuelle et vertu morale ?

356

a. 4 La vertu morale peut-elle exister sans vertu intellectuelle ?

357

a. 5 La vertu intellectuelle peut-elle exister sans vertu morale ?

358

LA DISTINCTION DES VERTUS MORALES SELON LEURS RAPPORTS AVEC LA PASSION

Q. 59 Les relations entre les vertus morales et la passion

360

a. 1 La vertu morale est-elle la passion ?

360

a. 2 La vertu morale peut-elle être accompagnée de passion ?

361

a. 3 La vertu morale peut-elle être accompagnée de tristesse ?

362

a. 4 Est-ce que toute vertu morale concerne une passion ?

363

a. 5 Une vertu morale peut-elle exister sans passion ?

364

Q. 60 La distribution entre les vertus morales

365

a. 1 N'y a-t-il qu'une seule vertu morale ?

365

a. 2 Les vertus morales qui concernent les opérations se distinguent-elles de celles qui concernent les passions ?

366

a. 3 Concernant les opérations, n'y a-t-il qu'une seule vertu morale ?

367

a. 4 Concernant les différentes passions y a-t-il différentes vertus morales ?

368

a. 5 Les vertus morales se distinguent-elles selon les différents objets des passions ?

369

Q. 61 Les vertus cardinales

371

a. 1 Les vertus morales doivent-elles être appelées cardinales ou principales ?

371

a. 2 Le nombre des vertus cardinales

372

a. 3 Quelles sont les vertus cardinales ?

372

a. 4 Les vertus cardinales diffèrent-elles les unes des autres ?

373

a. 5 Peut-on admettre la division des vertus cardinales en vertus sociales, vertus purifiantes, vertus d'âme purifiée, vertus exemplaires ?

375

Q. 62 Les vertus théologales

377

a. 1 Y a-t-il des vertus théologales ?

377

a. 2 Les vertus théologales sont-elles distinctes des vertus intellectuelles et des vertus morales ?

378

a. 3 Quel est le nombre et la nature des vertus théologales ?

379

a. 4 L'ordre des vertus théologales

380

Q. 63 La cause des vertus

381

a. 1 La vertu est-elle en nous par nature ?

381

a. 2 Quelque vertu est-elle causée en nous par la répétition des actes ?

382

a. 3 Certaines vertus morales sont-elles en nous par infusion ?

383

a. 4 La vertu que nou acquérons par la répétition des actes est-elle de même espèce que la vertu infuse ?

384

Q. 64 Le juste milieu des vertus

386

a. 1 Les vertus morales consistent-elles dans un juste milieu ?

386

a. 2 Ce juste milieu de la vertu morale est-il réel ou de raison ?

387

a. 3 Les vertus intellectuelles consistent-elles dans un juste milieu ?

388

a. 4 Les vertus théologales consistent-elles dans un juste milieu ?

389

Q. 65 La connexion des vertus

390

a. 1 Les vertus morales sont-elles connexes ?

390

a. 2 Les vertus morales peuvent-elles exister sans la charité ?

390

a. 3 La charité peut-elle exister sans les vertus morales ?

392

a. 4 La foi et l'espérance peuvent-elles exister sans la charité ?

393

a. 5 La charité peut-elle exister sans la foi et l'espérance ?

394

Q. 66 L'égalité des vertus

395

a. 1 La vertu peut-elle être plus ou moins grande ?

397

a. 2 Toutes les vertus existant en même temps chez le même individu sont-elles égales ?

398

a. 3 Comparaison des vertus morales avec les vertus intellectuelles

399

a. 4 Comparaison des vertus morales entre elles

400

a. 5 Comparaison des vertus intellectuelles entre elles

402

a. 6 Comparaison des vertus théologales entre elles

403

Q. 67 La durée des vertus après cette vie ?

404

a. 1 Les vertus morales demeurent-elles après cette vie ?

404

a. 2 Les vertus intellectuelles demeurent-elles après cette vie ?

405

a. 3 La foi demeure-t-elle après cette vie ?

407

a. 4 L'espérance demeure-t-elle après la vie ?

408

a. 5 Demeure-t-il quelque chose de la foi, ou de l'espérance ?

409

a. 6 La charité demeure-t-elle après cette vie ?

411

LES DONS DU SAINT-ESPRIT

Introduction par Albert RAULIN

415

Q. 68 Les dons du Saint-Esprit

417

a. 1 Les dons sont-ils différents des vertus ?

417

a. 2 La nécessité des dons

419

a. 3 Les dons du Saint-Esprit sont-ils des habitus ?

421

a. 4 Quels sont les dons et combien sont-ils ?

422

a. 5 Les dons du Saint-Esprit sont-ils connexes ?

423

a. 6 Les dons du Saint-Esprit demeurent-ils dans la patrie ?

425

a. 7 Les rapports mutuels entre les dons

426

a. 8 Le rapport des dons avec les vertus

427

Q. 69 Les béatitudes

429

a. 1 Les béatitudes se distinguent-elles des dons et des vertus ?

429

a. 2 Les récompenses des béatitudes appartiennent-elles à cette vie ?

430

a. 3 Le nombre des béatitudes

431

a. 4 La convenance des récompenses attribuées aux béatitudes

434

Q. 70 Les fruits du Saint-Esprit

436

a. 1 Les fruits du Saint-Esprit sont-ils des actes ?

436

a. 2 Les fruits diffèrent-ils des béatitudes ?

437

a. 3 Le nombre des fruits

438

a. 4 L'opposition des fruits aux oeuvres de la chair

439

LES VICES ET LES PÉCHÉS Introduction par Dalmazio MONGILLO

443

LES VICES ET LES PÉCHÉS

Q.71 La nature du péché

445

a. 1 Le vice est-il le contraire de la vertu ?

445

a. 2 Le vice est-il contraire à la nature ?

447

a. 3 Quel est le pire : le vice ou l'acte vicieux ?

448

a. 4 L'acte vicieux peut-il coexister avec la vertu ?

448

a. 5 En tout péché y a-t-il un acte ?

449

a. 6 La définition du péché par S. Augustin : « Une parole, un acte ou un désir contraire à la loi éternelle. »

450

Q. 72 La distinction entre les péchés

452

a. 1 Les péchés se distinguent-ils spécifiquement par leurs objets ?

452

a. 2 La distinction entre péchés de l'esprit et péchés de la chair

453

a. 3 Les péchés se distinguent-ils d'après leurs causes ?

454

a. 4 Les péchés se distinguent-ils d'après les personnes qu'ils visent ?

455

a. 5 Les péchés se distinguent-ils d'après la diversité de leur dette de peine ?

456

a. 6 Les péchés se distinguent-ils selon omission et commission ?

457

a. 7 Les péchés se distinguent-ils selon leurs divers degrés de réalisation ?

458

a. 8 Les péchés se distinguent-ils selon excès ou défaut ?

459

a. 9 Les péchés se distinguent-ils selon des circonstances diverses ?

460

Q. 73 La comparaison des péchés entre eux

461

a. 1 Tous les péchés et les vices sont-ils connexes ?

461

a. 2 Tous les péchés et les vices sont-ils égaux ?

462

a. 3 La gravité des péchés et des vices est-elle évaluée selon leurs objets ?

463

a. 4 La gravité des péchés est-elle évaluée selon la dignité des vertus auxquelles ils s'opposent ?

464

a. 5 Les péchés de la chair sont-ils plus graves que ceux de l'esprit ?

465

a. 6 La gravité des péchés est-elle évaluée selon leur cause ?

466

a. 7 La gravité des péchés et des vices est-elle évaluée selon les circonstances ? 467

a. 8 La gravité des péchés et des vices est-elle évaluée selon l'importance de leur nocivité ?

468

a. 9 La gravité des péchés est-elle évaluée selon la condition de la personne contre qui l'on pèche ?

469

a. 10 Le péché est-il aggravé par la haute situation du pécheur ?

470

Q. 74 Le siège du péché

472

a. 1 La volonté peut-elle être le siège du péché ?

472

a. 2 La volonté seule est-elle le siège du péché ?

473

a. 3 La sensualité peut-elle être le siège du péché ?

474

a. 4 La sensualié peut-elle être le siège du péché mortel ?

475

a. 5 La raison peut-elle être le siège du péché ?

476

a. 6 Est-ce dans la raison inférieure que réside la délectation prolongée ou non ? 476

a. 7 Est-ce dans la raison supérieure que réside le consentement à l'acte ?

477

a. 8 La raison inférieure peut-elle être le siège du péché mortel ?

479

a. 9 La raison supérieure peut-elle être le siège du péché véniel ?

481

a. 10 Peut-il y avoir péché véniel dans la raison supérieure, quand il s'agit de son acte (objet) propre ?

481

Q. 75 Les causes du péché considérées en général

483

a. 1 Le péché a-t-il une cause ?

483

a. 2 Le péché a-t-il une cause intérieure ?

484

a. 3 Le péché a-t-il une cause extérieure ?

485

a. 4 Le péché est-il cause de péché ?

485

Q. 76 Le péché d'ignorance

487

a. 1 L'ignorance est-elle cause de péché ?

487

a. 2 L'ignorance est-elle un péché ?

488

a. 3 L'ignorance excuse-t-elle complètement du péché ?

489

a. 4 L'ingorance diminue-t-elle le péché ?

490

Q. 77 Le péché de passion

492

a. 1 La passion de l'appétit sensible peut-elle mouvoir ou incliner la volonté ?

492

a. 2 La passion peut-elle dominer la raison contre le savoir de celle-ci ?

493

a. 3 Le péché qui vient de la passion est-il un péché de faiblesse ?

495

a. 4 Cette passion qu'est l'amour de soi est-elle cause de tous les péchés ?

496

a. 5 Les trois causes énoncées par S. Jean : « Convoitise des yeux, convoitise de la chair, orgueil de la vie. »

496

a. 6 La passion qui est cause du péché, le diminue-t-elle ?

497

a. 7 La passion excuse-t-elle entièrement ?

498

a. 8 Le péché de passion peut-il être mortel ?

499

Q. 78 Le péché de malice

501

a. 1 Peut-on pécher par malice volontaire, autrement dit par calcul ?

501

a. 2 Celui qui pèche par habitus pèche-t-il par malice volontaire ?

502

a. 3 Celui qui pèche par malice volontaire pèche-t-il par habitus ?

503

a. 4 Celui qui pèche par malice volontaire pèche-t-il plus gravement que par passion ?

504

LES CAUSES EXTÉRIEURES DU PÉCHÉ

Q. 79 La cause du péché du côté de Dieu

506

a. 1 Dieu est-il cause du péché ?

506

a. 2 L'acte du péché vient-il de Dieu ?

507

a. 3 Dieu est-il cause de l'aveuglement et de l'endurcisement de certains ?

508

a. 4 L'aveuglement et l'endurcissement sont-ils ordonnés au salut des pécheurs ? 509

Q. 80 La cause du péché du côté du diable

510

a. 1 Le diable est-il directement cause du péché ?

510

a. 2 Le diable induit-il à pécher par suggestion intérieure ?

511

a. 3 Le diable peut-il mettre dans la nécessité de pécher ?

512

a. 4 Tous les péchés proviennent-ils de la suggestion du diable ?

513

LA CAUSE DU PÉCHÉ DU CÔTÉ DE L'HOMME

Q. 81 La transmission du péché originel

514

a. 1 Le premier péché de l'homme se transmet-il à la postérité par voie d'origine ?

514

a. 2 Tous les autres péchés du premier père, ou même d'autres ancêtres, se transmettent-ils à la postérité par voie d'origine ?

516

a. 3 Le péché originel est-il transmis à tous ceux qui descendent charnellement d'Adam ?

517

a. 4 Le péché originel serait-il transmis à ceux qui seraient miraculeusement formés d'une partie du corps humain ?

518

a. 5 Si la femme avait péché, mais non pas l'homme, y aurait-il transmission du péché originel ?

519

Q.82 Le péché originel : son essence

520

a. 1 Le péché originel est-il un habitus ?

520

a. 2 N'y a-t-il en chaque homme qu'un seul péché originel ?

521

a. 3 Le péché originel est-il la convoitise ?

522

a. 4 Le péché originel existe-t-il également chez tous ?

523

Q. 83 Le péché originel : son siège en nous

524

a. 1 Le siège du péché originel est-il d'abord la chair, ou bien l'âme ?

524

a. 2 Le péché originel est-il dans l'essence de l'âme avant d'être dans ses puissances ?

526

a. 3 Le péché originel a-t-il pour siège la volonté avant les autres puissances ?

526

a. 4 Quelques-unes de ces puissances – la puissance génératrice, l'appétit concupiscible et le sens du toucher – sont-elles spécialement infectées ?

527

Q.84 Les péchés capitaux

528

a. 1 La cupidité est-elle la racine de tous les péchés ?

528

a. 2 L'orgueil est-il le commencement de tout péché ?

529

a. 3 En dehors de l'orgueil et de l'avarice, y a-t-il d'autres péchés spéciaux qui doivent être appelés vices capitaux ?

530

a. 4 Combien y a-t-il de péchés capitaux, et quels sont-ils ?

531

LES EFFETS DU PÉCHÉ

Q.85 La corruption du bien de la nature

533

a. 1 Le bien de la nature est-il diminué par le péché ?

533

a. 2 Le bien de la nature peut-il être totalement supprimé par le péché ?

534

a. 3 Les quatre blessures qui, selon Bède, ont frappé la nature humaine à cause du péché

535

a. 4 La privation de mesure, de beauté et d'ordre est-elle l'effet du péché ?

536

a. 5 La mort et les autres défauts corporels sont-ils des effets du péché ?

537

a. 6 Ces défauts sont-ils de quelque manière naturels à l'homme ?

538

Q.86 La tache du péché

540

a. 1 La tache de l'âme est-elle un effet du péché ?

540

a. 2 Cette tache demeure-t-elle dans l'âme après l'acte du péché ?

541

LA DETTE DE PEINE

Q. 87 La dette de peine en elle-même

542

a. 1 La dette de peine est-elle un effet du péché ?

542

a. 2 Un péché peut-il être la peine d'un autre ?

543

a. 3 Y a-t-il un péché qui rende passible d'une peine éternelle ?

544

a. 4 Y a-t-il un péché qui rende passible d'une peine infinie en grandeur ?

545

a. 5 Tout péché rend-il passible d'une peine éternelle et infinie ?

546

a. 6 La dette de peine peut-elle demeurer après le péché ?

546

a. 7 Toute peine est-elle infligée pour un péché ?

547

a. 8 Quelqu'un peut-il être tenu à une peine pour le péché d'autrui ?

549

PÉCHÉ VÉNIEL ET PÉCHÉ MORTEL

Q. 88 Le péché véniel comparé au péché mortel

550

a. 1 Convient-il d'opposer péché véniel à péché mortel ?

550

a. 2 Le péché mortel et le péché véniel se distinguent-ils par le genre ?

552

a. 3 Le péché véniel est-il une disposition au péché mortel ?

553

a. 4 Le péché véniel peut-il devenir mortel ?

554

a. 5 Une circonstance peut-elle faire d'un péché véniel un péché mortel ?

555

a. 6 Le péché mortel peut-il devenir véniel ?

556

Q. 89 Le péché véniel en lui-même

558

a. 1 Le péché véniel produit-il une tache dans l'âme ?

558

a. 2 La caractéristique du péché véniel figurée par « le bois, le foin et la paille » (1 Co 3, 12)

559

a. 3 Dans l'état d'innocence, l'homme aurait-il pu pécher véniellement ?

560

a. 4 L'ange, bon ou mauvais, peut-il pécher véniellement ?

561

a. 5 Les premiers mouvements des infidèles sont-ils des péchés véniels ?

562

a. 6 Le péché véniel peut-il coexister avec le péché originel seul ?

563

LA PÉDAGOGIE DIVINE PAR LA LOI

Introduction par Jean-Marie AUBERT

567

Q. 90 L'essence de la loi

569

a. 1 La loi est-elle oeuvre de raison ?

569

a. 2 La fin de la loi

570

a. 3 La cause de la loi

571

a. 4 La promulgation de la loi

572

Q.91 Les diverses espèces de lois

573

a. 1 Existe-t-il une loi éternelle ?

573

a. 2 Existe-t-il une loi naturelle ?

574

a. 3 Existe-t-il une loi humaine ?

575

a. 4 Existe-t-il une loi divine ?

576

a. 5 Existe-t-il une seule loi divine ou davantage ?

578

a. 6 Existe-t-il une loi du péché ?

579

Q. 92 Les effets de la loi

580

a. 1 La loi a-t-elle pour effet de rendre les hommes bons ?

580

a. 2 Les effets de la loi sont-ils de « commander, interdire, permettre et punir », comme dit Justinien ?

582

Q. 93 La loi éternelle

583

a. 1 Qu'est-ce que la loi éternelle ?

583

a. 2 La loi éternelle est-elle connue de tous ?

584

a. 3 Toute loi découle-t-elle de la loi éternelle ?

585

a. 4 Les êtres nécessaires sont-ils soumis à la loi éternelle ?

586

a. 5 Les êtres naturels et contingents sont-ils soumis à la loi éternelle ?

587

a. 6 Toutes les choses sont-elles soumises à la loi éternelle ?

588

Q. 94 La loi naturelle

590

a. 1 Qu'est-ce que la loi naturelle ?

590

a. 2 Quels sont les préceptes de la loi naturelle ?

591

a. 3 Tous les actes des vertus relèvent-ils de la loi naturelle ?

592

a. 4 La loi naturelle est-elle unique chez tous ?

594

a. 5 La loi de nature est-elle sujette au changement ?

595

a. 6 La loi de nature peut-elle être effacée de l'âme humaine ?

596

Q. 95 La loi humaine

597

a. 1 L'utilité de la loi humaine

597

a. 2 L'origine de la loi humaine

599

a. 3 La qualité de la loi humaine

600

a. 4 Les divisions de la loi humaine

601

Q. 96 Le pouvoir de la loi humaine

603

a. 1 La loi humaine doit-elle être portée en termes généraux ?

603

a. 2 La loi humaine doit-elle réprimer tous les vices ?

604

a. 3 La loi humaine doit-elle ordonner les actes de toutes les vertus ?

605

a. 4 La loi humaine s'impose-t-elle à l'homme de façon nécessaire dans le for de sa conscience?

606

a. 5 Tous les hommes sont-ils soumis à la loi humaine ?

607

a. 6 Chez ceux qui sont soumis à la loi, est-il permis d'agir en dehors des termes de la loi ?

608

Q. 97 Le changement des lois humaines

609

a. 1 La loi humaine est-elle sujette au changement ?

609

a. 2 La loi humaine doit-elle toujours être changée quand il se présente quelque chose de meilleur ?

610

a. 3 La loi humaine est-elle abolie par la coutume, et celle-ci acquiert-elle force de loi ?

611

a. 4 L'application de la loi doit-elle être modifiée par la dispense des gouvernants ?

612

LA LOI ANCIENNE

Introduction par Pierre GRELOT

617

Q. 98 La loi ancienne en elle-même

619

a. 1 La loi ancienne était-elle bonne ?

619

a. 2 La loi ancienne venait-elle de Dieu ?

621

a. 3 La loi ancienne fut-elle donnée par l'intermédiaires des anges ?

622

a. 4 La loi ancienne a-t-elle été donnée à tous ?

623

a. 5 Tous les hommes étaient-ils obligés d'observer la loi ancienne ?

624

a. 6 L'époque de Moïse convenait-elle à l'établissement de la loi ?

625

Q. 99 Le classement des préceptes de la loi ancienne

627

a. 1 Y a-t-il dans la loi ancienne plusieurs préceptes ou un seul ?

627

a. 2 La loi ancienne contient-elle des préceptes moraux ?

628

a. 3 La loi ancienne contient-elle des préceptes cérémoniels ?

629

a. 4 La loi ancienne contient-elle, en outre, des préceptes judiciaires ?

630

a. 5 Outre ces trois catégories, la loi ancienne contient-elle encore d'autres préceptes?

631

a. 6 Comment la loi ancienne invitait-elle à observer ces préceptes ?

632

Q. 100 Les préceptes moraux de la loi ancienne

634

a. 1 Tous les préceptes moraux de la loi ancienne appartiennent-ils à la loi naturelle ?

634

a. 2 Les préceptes moraux de la loi ancienne portent-ils sur les actes de toutes les vertus ?

635

a. 3 Tous les préceptes moraux de la loi ancienne se ramènent-ils aux dix préceptes du décalogue?

636

a. 4 La division des préceptes du décalogue

637

a. 5 Le dénombrement des préceptes du décalogue est-il satisfaisant ?

639

a. 6 L'ordre des dix préceptes dans le décalogue est-il satisfaisant ?

641

a. 7 La présentation des préceptes du décalogue

643

a. 8 Les préceptes du décalogue souffrent-ils dispense ?

644

a. 9 La modalité vertueuse de l'acte tombe-t-elle sous le précepte ?

646

a. 10 La modalité que donne la charité tombe-t-elle sous le précepte de la loi divine ?

647

a. 11 Peut-on distinguer dans la loi d'autres préceptes moraux ?

648

a. 12 Les préceptes moraux de la loi ancienne justifiaient-ils ?

650

LES PRÉCEPTES CÉRÉMONIELS

Q. 101 Leur nature

652

a. 1 Que faut-il entendre par préceptes cérémoniels ?

652

a. 2 Les préceptes cérémoniels sont-ils figuratifs ?

653

a. 3 Les préceptes cérémoniels devaient-ils être nombreux ?

655

a. 4 La classification des préceptes cérémoniels

656

Q. 102 Les raisons d'être des préceptes cérémoniels

658

a. 1 Les préceptes cérémoniels ont-ils une raison d'être ?

658

a. 2 La raison d'être des préceptes cérémoniels est-elle littérale ou uniquement figurative ?

659

a. 3 Quelle est la raison d'être des sacrifices ?

660

a. 4 Peut-on assigner une raison d'être certaine à ce qui relève des réalités sacrées ?

665

a. 5 Quelle est la raison d'être des sacrements de la loi ancienne ?

673

a. 6 Les observances rituelles avaient-elles quelque motif raisonnable ?

682

Q. 103 La durée des préceptes cérémoniels

689

a. 1 Y eut-il des préceptes cérémoniels avant la loi ?

689

a. 2 Sous la loi, les préceptes cérémoniels avaient-ils la vertu de justifier ?

690

a. 3 Les préceptes cérémoniels ont-ils cessé à l'avènement du Christ ?

692

a. 4 Est-ce péché mortel d'observer les préceptes cérémoniels après le Christ ?

693

LES PRÉCEPTES JUDICIAIRES

Q. 104 Leur nature générale

696

a. 1 Que sont les préceptes judiciaires ?

696

a. 2 Les préceptes judiciaires sont-ils figuratifs ?

697

a. 3 La durée des préceptes judiciaires

698

a. 4 Les catégories des préceptes judiciaires

699

Q. 105 Le sens des préceptes judiciaires

700

a. 1 Les préceptes judiciaires qui concernent les gouvernants

700

a. 2 Les préceptes judiciaires qui concernent les rapports entre citoyens

703

a. 3 Les préceptes judiciaires qui concernent les étrangers

709

a. 4 Les préceptes judiciaires qui concernent la vie domestique

712

LA LOI NOUVELLE

Introduction par Servais PINCRAERS

719

Bibliographie

721

LA LOI NOUVELLE

Q. 106 La loi nouvelle en elle-même

723

a. 1 La loi nouvelle est-elle une loi écrite ou une loi intérieure ?

723

a. 2 La loi nouvelle justifie-t-elle ?

724

a. 3 La loi nouvelle devait-elle être donnée au commencement du monde ?

725

a. 4 La loi nouvelle doit-elle durer jusqu'à la fin du monde ?

726

Q. 107 Les rapports de la loi nouvelle avec la loi ancienne

729

a. 1 La loi nouvelle diffère-t-elle de la loi ancienne ?

729

a. 2 La loi nouvelle réalise-t-elle l'accomplissement de l'ancienne ?

731

a. 3 La loi nouvelle est-elle contenue dans l'ancienne ?

733

a. 4 Laquelle est la plus pesante : la loi nouvelle ou la loi ancienne ?

734

Q. 108 Le contenue de la loi nouvelle

735

a. 1 La loi nouvelle doit-elle commander ou prohiber certains actes extérieurs ? 735

a. 2 La loi nouvelle règle-t-elle suffisamment les actes extérieurs ?

737

a. 3 La loi nouvelle éduque-t-elle bien les hommes pour leurs actes intérieurs ? 739

a. 4 La loi nouvelle a-t-elle raison d'ajouter des conseils à ses préceptes ?

742

LA GRÂCE

Introduction par jean-Hervé NICOLAS

747 LE PRI

Q. 109 La nécessité de la grâce

749

a. 1 L'homme peut-il, sans la grâce, connaître quelque chose de vrai ?

749

a. 2 L'homme peut-il, sans la grâce de Dieu, vouloir et faire quelque chose de bien ?

751

a. 3 L'homme peut-il, sans la grâce, aimer Dieu par-dessus toute chose ?

752

a. 4 L'homme peut-il, sans la grâce, observer les préceptes de la loi ?

753

a. 5 Sans la grâce, l'homme peut-il mériter la vie éternelle ?

754

a. 6 L'homme peut-il, sans la grâce, se préparer à la grâce ?

755

a. 7 L'homme peut-il, sans la grâce, se relever du péché ?

756

a. 8 L'homme peut-il, sans la grâce, éviter le péché ?

757

a. 9 Une fois qu'il a obtenu la grâce l'homme peut-il par lui-même faire le bien et éviter le péché sans le secours d'une autre grâce ?

759

a. 10 L'homme en état de grâce peut-il par lui-même persévérer dans le bien ?

760

Q. 110 La grâce de Dieu considérée dans son essence

762

a. 1 La grâce est-elle une réalité dans l'âme ?

762

a. 2 La grâce est-elle une qualité de l'âme ?

763

a. 3 La grâce diffère-t-elle de la vertu infuse ?

764

a. 4 Quel est le siège de la grâce ?

766

Q. 111 Les diverses espèces de grâce

767

a. 1 Convient-il de diviser la grâce en grâce qui rend agréable à Dieu et grâce gratuitement donnée ?

767

a. 2 La division de la grâce qui rend agréable à Dieu en grâce opérante et grâce coopérante

768

a. 3 Division de cette grâce en prévenante et subséquente

770

a. 4 La division de la grâce gratuitement donnée

771

a. 5 Comparaison entre la grâce qui rend agréable à Dieu et la grâce gratuitement donnée

772

Q. 112 La cause de la grâce

774

a. 1 Dieu seul est-il cause efficiente de la grâce ?

774

a. 2 Une certaine disposition, par un acte du libre arbitre, est-elle requise chez celui qui reçoit la grâce ?

775

a. 3 Une telle disposition peut-elle nécessiter la grâce ?

776

a. 4 La grâce est-elle égale en tous ?

777

a. 5 Peut-on savoir que l'on a la grâce ?

777

LES EFFETS DE LA GRACE

Q. 113 La justification de l'impie

779

a. 1 Qu'est-ce que la justification de l'impie ?

779

a. 2 L'infusion de la grâce est-elle requise pour la justification ?

780

a. 3 Le mouvement du libre arbitre est-il requis pour la justification ?

781

a. 4 Un mouvement de foi est-il requis pour la justification de l'impie ?

782

a. 5 Un mouvement du libre arbitre contre le péché est-il requis pour la justification ?

783

a. 6 Parmi les facteurs précédemment énumérés de la justification faut-il introduire la rémission des péchés ?

784

a. 7 La justification de l'impie est-elle successive, ou instantanée !

785

a. 8 Quel est l'ordre naturel des éléments qui concourent à la justification ?

787

a. 9 La justification de l'impie est-elle la plus grande oeuvre de Dieu ?

789

a. 10 La justification de l'impie est-elle miraculeuse ?

789

Q. 114 Le mérite

791

a. 1 L'homme peut-il mériter de Dieu quelque chose ?

791

a. 2 Peut-on, sans la grâce, mériter la vie éternelle ?

792

a. 3 Peut-on, par la grâce, mériter de plein droit la vie éternelle ?

793

a. 4 La grâce tient-elle principalement de la charité d'être le principe du mérite ?

794

a. 5 Peut-on mériter pour soi-même la première grâce ?

795

a. 6 Peut-on mériter pour autrui la première grâce ?

796

a. 7 Peut-on mériter pour soi-même son relèvement après la chute ?

797

a. 8 Peut-on mériter pour soi-même une augmentation de grâce ou de charité ? 798

a. 9 Peut-on mériter pour soi-même la persévérance finale ?

799

a. 10 Les biens temporels sont-ils objet de mérite ?

800